La directive 4

Un petit histoire évoquant la morale des futures voitures autonomes (et des humains), transposée dans le contexte d’une célèbre série et d’un film des années 80s.

PDF | ePub | Mobipocket

Michael Knight fit son entrée chez le concessionnaire automobile Master-Cars1, marque de voiture très prisée par les jeunes cadres dynamiques. Son allure débraillée et sa coupe bouclée, loin des standards du moment, ne plaisaient guère aux commerciaux qui rodaient entre les voitures de présentation, à l’affût de nouveaux consommateurs. Aucun d’eux ne se pressa pour aller à sa rencontre, non par peur d’un vol à main armé, mais par crainte de perdre du temps et une forte commission. Ce n’est qu’au bout de quelques minutes interminables que l’un des vendeurs s’approcha de ce client atypique :
— Bonjour Monsieur ! marmonna-t-il. Vous cherchez une… ?
— Voiture. C’est bien ça ! ironisa Michael.
Il se dirigea aussitôt vers un modèle typé sport. L’autre homme le suivit à la trace.
— Je vois que notre dernier coupé vous intéresse, plaça discrètement le commercial.
— Je l’ai aperçu en passant devant votre concession… Il me rappelle ma défunte voiture Kitt.
Le visage de Michael se referma à son évocation.
— Connais pas cette marque. Vous avez eu un accident ?
— Une course poursuite qui a mal fini, rajouta-t-il la voix tremblante.
Son interlocuteur fut intrigué.
— Vous êtes de la Police ?
— En quelque sorte. Mais laissez-moi ! coupa sèchement ce dernier, agacé.
Michael fit le tour du véhicule. Le vendeur restait là, immobile, à attendre le bon moment pour lancer un argument coup de poing. Au bout de quelques minutes de contemplation, l’humeur du client changea.
— Belle caisse ! s’émerveillait-il. Le design est superbe.
Il déclencha l’ouverture de la porte et s’assit dans le siège baqué conducteur qui s’adapta immédiatement à la silhouette du nouveau passager :
— C’est vraiment confortable !
— Nous avons choisi les matériaux les plus nobles, renchérit le commercial.
— Je vois ça, nota Michael en touchant sensuellement chacune des pièces dans l’habitacle.
— Elle est toute équipée…
— Je trouve le tableau de bord un peu cheap ! fit remarquer brutalement le client.
La remarque glaça le vendeur :
— Co… Comment ça ?
— Ben… Ça manque de boutons ! Vous êtes sûr que ce modèle embarque bien une IA haut de gamme ?
— Absolument ! se défendit le commercial. Nous sommes à la pointe de l’intelligence robotique, grâce à notre partenariat privilégié avec So-Robotic2. Nous caracolons régulièrement en tête du classement sécurité RobotNCAP.
Michael Knight fit une mine dubitative.
— Mouais ! Kitt aurait éclaté ce palmarès.
En disant ces mots, il se rappelait de ses anciennes missions et de sa voiture et amie qui lui avait toujours permis de sortir indemne des pires situations.
Il poursuivit son observation de l’habitacle pendant plusieurs minutes avant de s’adresser à nouveau au vendeur, qui s’était fait discret près du véhicule :
— Cette voiture a bien le siège électrothérapique ? J’ai souvent des rhumatismes après des altercations musclées.
— Elle l’a. Au moyen de nombreux capteurs, l’IA règle le voltage en fonction du besoin des passagers. Elle peut même surveiller votre rythme cardiaque et vous alerter en cas de fort stress.
Son interlocuteur laissait transparaître un visage ravi.
— C’est que cela m’arrive souvent dans mon métier.
Le vendeur poursuivit son laïus dithyrambique, quand Michael lui demanda hésitant :
— Ôtez-moi d’un doute… Elle a bien la Directive 43 ?
— Elle l’a, bien entendu ! Cette norme est obligatoire depuis l’accident sur Abbey Road.
— Vous comprenez que je sois devenu méfiant depuis cet événement, signifia le client. Je ne conduirais jamais une voiture, qui préférerait me tuer en déviant vers un lampadaire, plutôt que d’écraser 4 crétins qui auraient traversé un passage piéton sans regarder.
— Cela ne se reproduira plus avec cette directive. Ces 4 personnes, inutiles musiciens soit dit en passant, auraient été sévèrement punis de leur négligence, rajouta le vendeur avec un léger sourire.
— Je l’espère ! Cette situation était inimaginable avec Kitt. Il aurait protégé mon existence à n’importe quel prix !
En disant ces mots, Michael se souvint de cette course-poursuite qui avait coûté la vie à sa voiture. Une larme perla sur sa joue.
Le commercial se montra immédiatement compatissant :
— Soyez rassuré. Notre société est aussi très soucieuse de la santé de nos clients…
— Vous êtes plutôt inquiet que vos ouailles changent de marque ! le taquina Michael Knight.
— C’est vrai, avoua timidement le vendeur.
— Mais qui pourrait vous blâmer. Aucun acheteur ne peut concevoir l’acquisition d’un véhicule qui pourrait les tuer au détriment de piétons ou cyclistes.
— Le scandale et la chute des ventes qui s’ensuivirent sont très révélatrices de cet état d’esprit, rajouta son interlocuteur. Si les politiques n’avaient pas légiféré sur cette nouvelle directive, les banqueroutes auraient été légions.
— Au final, cela arrange tout le monde.
— À l’exception des piétons et des cyclistes !
— J’imagine que leurs lobbys n’ont pas réussi à influencer les décideurs politiques, rajouta Michael avec un sourire en coin.
Il regarda une dernière fois la voiture et se tourna vers le vendeur de manière décidée :
— Elle me plaît ! Je la prends ! Et puis, je ne voudrais pas rester trop longtemps sous la menace d’une voiture autonome lunatique.
— Je suis bien d’accord avec vous.
Le commercial fit signe à Michael de le suivre à son bureau. À mi-chemin, Michael Knight s’arrêta net :
— Ah ! J’ai failli oublié.
— Oui ?
— Cette voiture a bien le Turbo Boost et les sièges éjectables ?
Le vendeur répondit en bredouillant :
— Elle… Elle… ne les a pas ! Mais pourquoi voulez-vous…
Michael Knight lui coupa la parole :
— Désolé ! Mais rien ne pourra vraiment remplacer mon plaisir de conduire avec Kitt.
L’ex-futur acheteur quitta la concession d’un pas décidé.
« Kitt ! Je ne te laisserai pas tomber ! La fondation m’aidera à te soigner » songeait-il, le baume au cœur.
Le vendeur dépité vit son client (et sa forte commission) disparaître, sans comprendre où il avait bien pu faillir dans la négociation.
Les voies du consommateur sont parfois impénétrables.

1Constructeur automobile inventé dans la nouvelle L’accident de parcours.

2Éditeur de logiciels d’intelligence artificielle inventé dans la nouvelle L’accident de parcours.

3Le terme est extrait d’un film de Paul Verhoeven, Robocop. Cette directive empêchait au policier cybernétique, d’appréhender ou d’éliminer un dirigeant de l’OCP.

Bonus

Crédit Photo : The Conmunity – Pop Culture Geek / CC BY 2.0

Publicités