Publicité majoritaire

Chronique sur les travers du monde de la publicité.

PDF | ePub | Mobipocket

En tant qu’excellent surfer numérique (j’imagine ne pas être le seul), je suis confronté à de nombreux désagréments qui ont essentiellement la même cause : la publicité.

Je vous vois déjà venir :
« Encore un gauchiste anti-libéralisme qui va nous sortir son couplet classique anti-pub ! »

Eh ben non ! Je suis toujours plus nuancé dans mes chroniques, car je trouve logique que dans un système économique basé sur la croissance, il soit nécessaire d’utiliser la publicité pour faire fonctionner ce mécanisme1.

Cependant, l’avènement du numérique a fait entrer le monde de la publicité dans une nouvelle ère, leur permettant ainsi d’élaborer des nouvelles techniques de vente.

Le ciblage comportemental est l’une d’entre elles.

Au moyen de « cookies », « trackers », mouchards et autres gentils algorithmes de recommandation, il peut être établi un profil de nous et de nos habitudes.

L’idée peut s’avérer utile pour les deux parties prenantes. L’annonceur peut toucher de manière précise, son cœur de cible. Le consommateur est lui, moins exposé à des publicités ne le concernant pas du tout.

« Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes numériques »

Mais alors pourquoi de plus en plus d’internautes installent des bloqueurs de pubs et autres outils contre le pistage ?

Pour avoir un semblant de vie privée ?

Peut-être. Mais surtout pour un peu de tranquillité.

Car dans les faits, nous sommes régulièrement agressés par des bandeaux ou des « popups » perturbant ainsi notre glisse sur les vagues numériques de l’océan Internet. L’accès à la page désirée peut en être ralentie, par un temps de chargement trop long ou même bloquée par une fenêtre incrustée, difficile ou parfois impossible à enlever. Dans ces conditions, la lecture d’un article peut devenir compliquée et désagréable.

Mais vous me direz que ces perturbations visuelles existent déjà dans la vie réelle, à la télévision, dans les magasins, la rue ou bien sur la route. C’est vrai, mais à la différence que vous n’êtes pas obligé de freiner en voiture, devant un panneau JCDecaux2 qui aurait traversé la route.

De nouveaux thèmes anxiogènes ont fait aussi leur apparition dans cet univers numérique. A titre d’exemple, le déguisement d’un bandeau publicitaire en message d’alerte laissant croire à une menace immédiate :

Un virus a été détecté sur votre ordinateur.

En réalité, cette affirmation n’est pas vraie, mais un danger existe, si l’internaute crédule clique avec sa souris sur l’avertissement. Les conséquences de ce genre de pratiques est à l’origine de mouchards (ou même de virus) provoquant des ralentissements et des dysfonctionnements sur les ordinateurs.

Il existe d’autres techniques plus mesquines comme l’installation de logiciels de manière masquée.

Dans leur grande générosité, les éditeurs de logiciels aiment installer un autre programme en plus de celui que vous vouliez utiliser. Ils profitent de l’inattention de l’internaute pour faire cela.

Aviez-vous déjà remarqué lors de la procédure simple d’installation (Bouton Suivant, puis Suivant, puis Suivant), un message discret proposant, par défaut, de rajouter un logiciel tiers, SAUF si vous décochez une case. Autant dire que beaucoup d’entre nous n’auront pas fait attention à cette option peu visible et se seront fait piéger par ce stratagème.

Mais en guise de double peine, ces logiciels installés de manière déloyale, peuvent aussi être source de problèmes informatiques, nécessitant une sacrée brosse à récurer numérique pour s’en débarrasser.

Nous pourrions croire que cela est le seul fait de petits éditeurs sans scrupules.

Non ! Les grands éditeurs, ayant pignon sur rue, sont aussi de la partie. L’un d’entre eux a même décidé de récupérer les données personnelles des utilisateurs stockées sur un ordinateur vers son Cloud (ou chez Claude3), de manière insidieuse. Encore une case à décocher bien planquée, qui empêche la majorité des utilisateurs d’aller à l’encontre de la politique de l’éditeur de logiciels.

Tout cela pour des questions de revenus publicitaires, dont nous, les principaux contributeurs, ne toucheront aucun gain.

Il peut donc se comprendre le ras le bol et la méfiance des internautes. Ils veulent utiliser le média numérique sans être perturbé et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Ils ne sont pas forcément des révolutionnaires communistes combattant le grand capital, mais de simples personnes soucieuses de la santé de leurs appareils numériques, de la même manière qu’ils s’habilleraient avec une doudoune pour se protéger du froid. N’oubliez pas que toutes ces technologies sont devenues des parties intégrantes de notre personnalité et de notre corps. Les protéger relève du bon sens, sachant que sans eux, nous deviendrions des marginaux dans cette nouvelle société high-tech.

Cependant, dans notre système économique, la publicité est nécessaire pour une utilisation gratuite du réseau numérique. Dans ce cas, il faudra trouver une solution équitable. Il existe déjà sites numériques qui font un usage modéré de ce moyen de rémunération. Ils sont bien peu nombreux et peu influents dans la sphère d’Internet. Paradoxalement, ils sont les premiers dommages collatéraux de l’usage des bloqueurs de pubs.

Mais tout cela part du principe que l’homme peut interagir sur la publicité et de l’usage qu’il est fait de ses données personnelles et privées. Mais rien ne dit que demain, il en sera de même.

A plus long terme, la technologie intégrera le corps humain, à l’instar du film Minority Report4.

Rappelez-vous, dans ce long-métrage, les citoyens sont équipés de systèmes d’identifications oculaires qui servent l’intérêt des autorités, car elles contiennent une source d’informations intarissable sur chacun des individus. Une multitude de scanners quadrillant cette ville futuriste, aide les forces de l’ordre à maîtriser la population (un monde sécuritaire très Orwellien).

Imaginons que dans cette dictature, les données personnelles et privées des usagers soient dans l’espace publique. Elles pourraient ainsi servir au ciblage publicitaire. Les citoyens, enchaînés à leur identité oculaire, ne pourraient plus se soustraire à la diffusion des produits des annonceurs5.

Tom Cruise en fait l’expérience à plusieurs reprises (voir vidéo). Lors de sa fuite dans un centre commercial, il est agressé par des messages publicitaires. La précision du ciblage laisse penser que son corps est de surcroît, équipé de capteurs, permettant de savoir qu’il est assoiffé et stressé (annonces pour une bière et des voyages). Il lui manquerait plus que lui soit suggéré un régime et des cours dans une salle de sport si son taux de graisse était trop élevé (une course-poursuite avec les forces de l’ordre pourrait aussi faire l’affaire). Malheureusement ce genre de recommandations est toujours très agréable à entendre pour une personne ayant des problèmes de confiance en soi. Mais comme chacun sait, les annonceurs aiment justement jouer sur cette faiblesse humaine pour vendre leurs produits.

Une vision de l’avenir qui montre que la démocratie et notre liberté sont des biens très fragiles et difficiles à protéger. Il faudra rester sur nos gardes et faire bien attention aux personnes prônant l’apologie de la sécurité.

Des personnes illustres de notre Histoire l’avaient déjà compris :

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. » (Benjamin Franklin)


1
Je ne pense pas que ce mécanisme perdurera longtemps à la vue des défis du XXIᵉ siècle, qui nous demande de repenser notre mode de vie.
2Petit placement publicitaire en signe de clin d’œil.
3Voisin d’apparence sympa qui donne accès à son grand garage, pour que nous y entreposions toutes nos données personnelles. Malheureusement nous ne savons pas ce qu’il va en faire et s’il nous les rendra un jour. (définition issue du Guide du Rootard)
4J’ai découvert pendant l’écriture de cette chronique qu’une série dérivée du film commençait à être diffusée aux États-Unis. Je ne sais pas s’il faut se réjouir ou frémir. Je vous prie de m’excuser pour cette publicité ciblée.
5
Le film ne nous dit pas si de simples lunettes noires auraient pu suffire à faire office de bloqueurs de pubs et ainsi lancer un vent de révolte dans ce régime totalitaire (un scénario possible pour une suite de ce film).

Crédit Image : Sam Churchill / CC BY 2.0

Publicités