Whiplash : un drame jazzy

Chronique sur le film Whiplash, drame haletant sur fond de musique de jazz.

PDF | ePub | Mobipocket

J’entendis parler de ce film, à l’occasion d’une soirée entre amis. L’un d’entre eux, connaissant ma passion pour le cinéma, engagea la conversation avec moi :
— J’ai vu un super film sur le jazz, fit-il.
— Bof ! Je suis plutôt rock.
— Mais si ! Tu vas être scotché par ce huit-clos haletant.
— Mouais ! Je t’écoute.
— Tu connais le saxophoniste Charlie Parker ?
— Charlie non ! Mais Maceo oui ! Ils ont un lien de parenté ?
L’ami leva les yeux au ciel avant de reprendre :

— Pas que je sache ! Tu connais Bird ?
— Bird ! C’est par le film d’Alan Parker avec Nicholas Cage ? fis-je fièrement.
— Non ! fit-il agacé. Le film dont tu parles, c’est Birdy. Je parlais du film de Clint Eastwood avec Forest Whitaker.
— Ah ! Je ne savais pas que ce pied tendre de Clint1 avait réalisé un film sur le jazz.
— Ben si ! C’est un grand fan de ce style musical. Son fils Kyle aussi.
— Comme Kyle Reese, celui qui vient sauver Sarah Connor dans Terminator ?
L’ami était désespéré :

— Tu m’as l’air un peu bourré ? A moins que tu n’aies décidé de m’emmerder ?
— Non ! Vas-y continue, fis-je le sourire béat aux lèvres.
— Je n’ose même pas te demander si tu connais les Marsalis ou bien Herbie Hancock ?
— Ah Si ! Je connais le dernier !
— Ah bon ? Les bras m’en tombent.
— Ben si ! Une de ses mélodies a été reprise par le groupe Deelite.
L’ami ne savait pas quoi répondre. Il était en pleine réflexion :

— Ça me dit quelque chose !
Afin de l’aider, je lui chantonnais Groove in the Heart.

— Ah oui ! Je vois ! Mais je n’avais jamais fait le lien.
— Figure-toi que dans le clip, il y a même une apparition de Maceo Parker et Bootsie Collins, des grandes références du funk.
— Merde ! Je ne connais pas ce Collins. Tu es en train de me la faire à l’envers, là ?
Malgré mon esprit embrumé, je décidais de recentrer le débat :

— Au fait ! On parlait de quoi ?
— De Whiplash !

Suite à cette conversation, Whiplash devint une source de discorde entre nous deux, similaire au thème du film. Je fus harcelé pendant des semaines, tant que je ne l’avais pas visionné.
Quand cela fut fait, je réussis enfin à avoir la paix. Mais cela en valait vraiment la chandelle ou plutôt la cymbale.

Une histoire de cymbale

Whiplash est un film qui va à l’essentiel. Les personnages sont peu détaillés. Seuls leurs liens avec la musique sont abordés.
Le réalisateur, Damien Chazelle, nous amène à suivre la confrontation entre un professeur et un de ses élèves, son batteur. Tout cela sur le fond d’une anecdote de cymbale. Celle-là même qui aurait été lancée par le batteur Jo Jones sur le saxophoniste Charlie Parker, suite à un léger désaccord musical. Un sanguin ce Jo ! À la suite de cette humiliation, Charlie Parker s’était remis en question pour devenir le génie que sera surnommé Bird.
J.K. Simmons dans le rôle du professeur, utilise cette anecdote comme moyen d’apprentissage. J’ose espérer que cette ambiance de travail n’est pas la norme au sein du corps enseignant ou dans le milieu de l’entreprise.
Imaginons une altercation entre un maçon et son chef de chantier. Ce dernier ayant des divergences sur la qualité du travail de son ouvrier :

— Il n’est pas droit ce mur ! se plaindra-il.
— N’est pas portugais qui veut.2
Si le chef de chantier utilisait les mêmes méthodes que le professeur, il lancerait un sac de ciment à son employé, en signe de désapprobation. Dans notre exemple, le chef est un ancien haltérophile d’Europe de l’Est. Par conséquent, pour ce cher athlète, balancer un sac de ciment, s’apparenterait à un lancer d’oreiller. Je ne crois pas que l’ouvrier soit des plus motivés suite à cela et une fois cloué dans un lit d’hôpital.
Miles Teller interprète un jeune batteur de jazz s’entraînant sans relâche, jusqu’à la limite de l’épuisement, afin de devenir le meilleur. Le genre de performance physique qui rappelle Angus Young, guitariste emblématique du groupe AC/DC. Lors des concerts, ce dernier joue des solos interminables et tellement éprouvants, qu’il est obligé d’avoir une bouteille et un masque à oxygène à disposition sur scène ou dans les coulisses. L’une de ses pauses oxygénées sera enregistrée lors de la tournée Let there be rock au Pavillon de Paris en 1979.
A titre d’exemple, sa performance à Munich en 2001 :

Des acteurs inconnus ou presque

Les acteurs présents dans ce film n’ont pas une filmographie des plus impressionnantes. Le visage de certains ne vous sont pas inconnus, mais vous ne sauriez pas leur donner un nom. C’était du moins mon cas.
J.K. Simmons, a été vu dans plusieurs séries télés. La plus marquante étant OZ. Il est aussi apparu dans quelques films. En l’occurrence, de brèves apparitions dans la trilogie de Spiderman du réalisateur Sam Raimi. Il y joue l’odieux directeur du journal, le Daily Bugle, patron de Peter Parker (et non de Charlie).
L’interprète du père du batteur, Paul Reiser, a joué un rôle de tête à claques dans Aliens le retour de James Cameron, cherchant des noises à Sigourney Weaver, durant tout le film.

— Leave Ripley alone !3

Un film qui donne à réfléchir

Le résultat est impressionnant. Un film qui nous tient en haleine et une bande son (même pour les non-initiés au jazz), qui nous immergent bien dans le monde de la musique, à quelques détails près. Les musiciens trouveront toujours à redire sur l’attitude des protagonistes. Mais quoi de plus normal : les acteurs ne sont pas des musiciens, simplement des interprètes.
Le film a le mérite de nous faire réfléchir sur les limites de l’apprentissage et sur le rôle de la musique dans la société.
Simple distraction, vrai métier ou discipline sportive ?

1Référence à une réplique de Biff Tannen dans le film Retour vers le futur III
2Référence à la famille portugaise dans le film La Cage Dorée
3Référence à la vidéo de Chris Crocker, Leave Britney Alone !

Crédit Photo : Daniel McFadden

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s